Juillet 1940

Plan du Site Nouveautés Mots-Clefs

Les navires Heure par heure Vécu par ... Photos Juillet 40 Marins 1940

*

La majorité des personnes qui connaissent ou qui ont entendu parler de Mers-el-Kébir, c'est malheureusement souvent à cause des évènements douloureux qui s'y sont déroulés en juillet 1940.

bullet

Les faits   et  les liens vers d'autres sites qui en parlent

bullet

Les témoignages

bullet

Les photos

bullet

Les navires

bullet

Heure par heure

bullet

Le drame vécu par quelques navires (d'après Jean Lassaque et avec son accord)

bullet

D'autres photos

bullet

Les marins concernés

bullet

Le cimetière

 

 

 Les faits

En début juillet 1940 s'est déroulé à Mers-el-Kébir un épisode triste de la guerre.

En résumé, la flotte Française qui était abritée dans le port a été attaquée par les Anglais qui craignaient que celle-ci ne tombe aux mains des Allemands (ou des Italiens) par l'intermédiaire de Vichy.

Vous trouverez sur la page "Livres" la liste des ouvrages que je possède (et d'autres) sur le drame.
 

De très nombreux sites ont évoqué ce sujet, vous trouverez ci-après une liste non exhaustive de liens.

Si vous en connaissez d'autres intéressants en Français (il y en a beaucoup en Anglais) faites le moi savoir, ils seront ajoutés.

 

 

 

  Liens vers d'autres sites

 

http://www.ledrame-merselkebir.fr/  Les marins de Mers-el-Kébir

http://www.lacornicheoranaise.com/  Rubrique Mers-el-Kébir le drame (très bien illustré)

http://www.secondeguerre.net/merselkebir.htm

http://www.stratisc.org/pub/pub_hcb_mersel.html

http://www.farac.org/php/article.php3?id_article=67

http://histgeo.free.fr/mek.html

http://hsgm.free.fr/batailles/merselkebir.htm

http://www.ina.fr/voir_revoir/guerre/mondiales/40-13.fr.html#10  film  sonore de l'INA (à voir absolument)

http://www.ina.fr/voir_revoir/guerre/mondiales/42-103.light.fr.html   autre petit film sonore de l'INA

http://lucky9229.e-monsite.com/ par Jean-Luc Peron

http://www.auxmarins.com/ Aux marins

http://fammac.com/home.html  Fédération des Associations de Marins et Marins anciens Combattants

http://merselkebir.unblog.fr le blog de Nicolas Le Goffic

 Les témoignages


Je recherche des témoignages du vécu de ces journées par la population du village.


J'aimerai rassembler ici des anecdotes originales, surtout de la part des habitants du village :

Je vous en livre une racontée par ma tante Juliette ONETTO épouse VICIDOMINI :

Alors qu'une partie de la population était retranchée dans des grottes exiguës et que le canon grondait à l'extérieur, les Kébiriennes pieuses invoquaient tous les Saints de leur venir en aide.
"Saint Michel soyez avec nous ! Saint Antoine soyez avec nous !" etc.  ...
A ce moment, un des musulmans abrités dans ce réduit et qui ne comprenait pas qu'il s'agissait de prières s'exclame "Eh, madame, vous trouvez pas que nous sommes déjà assez nombreux ici?"

Mon père me racontait souvent qu'il avait participé (il avait 20 ans) au ramassage des corps sur la mer. Ensuite c'est le cinéma du village qui a servi de chapelle ardente.

D'autres témoignages (sous la responsabilité de leurs auteurs et en sachant qu'il y a des erreurs) :

"Au sujet de Lord Mountbatten, au moment de l'assassinat, il était à Alexandrie et avait qualifié cet acte de crime. Mon père se trouvait sur le cuirassé Lorraine, à ce moment-là, et c'est le lord amiral qui leur a demandé de rompre des postes de combats, "parce qu'il y avait trop de morts inutiles: les navires français voulaient engager le combat au mouillage, mais les navires français de la force X étaient déjà accrochés par les canonniers anglais. Ils ont du démonter et remettre tous les percuteurs."

 

"D'après mes renseignements il n'y aurait pas eu de pertes civiles car la population avait été évacuée. Seules des infrastructures comme le phare qui gênait le réglage de tir de navires rosbif à été détruit et des obus "perdus" ont touché des maisons.
Et pour la petite histoire, l'amiral Darlan est enterré à Kébir, selon ses dernières volontés, "d'être avec ses hommes, victimes innocentes"..."

 

"Dans les archives militaires de l'ECPA, on voit les pêcheurs de chez nous aller au secours des marins et repêcher les corps."

 

"D´après lui, la population s´est réfugiée dans ce fameux tunnel que nous avons nous même emprunté pour aller vers les
plages. Sauf les dernières années où il a été fermé. D´aprés lui encore, c´est en Juillet 1953 que l´Amiral Mountbatten se serait recueillit au cimetière de Kébir."

 

"Juste pour dire que en juillet 40 mes grands-parents Piro Léopold ont eu leur maison bombardée et ils n'ont retrouvé dans les décombres de leur maison qu'une cuillère en argent de la ménagère que mon frère aîné Nanou a gardé, car lui y était à Kébir il avait 5 ans
Et mon grand-père Piro qui était pompier a aidé aussi pour sauver les malheureux marins"

 

" "obus égarés" est la terminologie sarcastique employée dans les rapports de la Home Fleet que j'ai eu la chance de pouvoir consulter il y a qq. années.
La phrase est encore dans ma mémoire : "il est à noter que des obus égarés aient pu dévier de leurs objectifs et toucher des constructions civiles, au cours des salves de réglage". (Maison de Marcel Garguillo par exemple).
C'est ce qu'aujourd'hui on appelle pudiquement des dommages collatéraux, et pour le tunnel, c'est tout à fait exact.
Je vais même te préciser que des militaires britanniques ont été punis pour avoir cherché des renseignements sur la véracité du bombardement car l'intox en Grande Bretagne et surtout dans les rangs des armées, impliquait cette boucherie aux allemands et c'est après leur arrivée qu'ils ont appris la vérité."
 

 

"Je viens d'avoir un collègue archiviste auquel j'ai envoyé un mail hier soir, en Angleterre. Il n'y a pas eu que des obus. Le 6 juillet, les avions de l'Ark Royal sont revenus pour torpiller le Dunkerque (150 morts de source britannique) qui est allé s'échouer sur la plage. Mais l'aéronavale des rosbifs a fait plusieurs passages (donc attaques sur Mers El-Kébir)."
 

 

"Il existe beaucoup d’ouvrages sur le bombardement de  Mers-el-Kébir en 1940, ou vous pouvez trouver beaucoup de renseignements sur ce drame. Je vous en cite 1 :

·        Le drame de Mers-el-Kébir 1940 de Jean-Jacques Antier, édition Presses de la Cité 1990.

Un mémorial a été édifié au cimetière militaire de Kerfautras à BREST. Une rue de Brest a été baptisée « Cuirassier Bretagne » en l’honneur des marins de ce bateau. De même il existe une association « Association amicale des anciens marins de Mers El-Kébir et des familles des victimes », fondée en 1984 à BREST  1 Rue Proudhon (adresse en 1990). Pour la petite histoire, mon oncle MAS Manuel, à l’époque marin appelé en service au phare de Mers El-Kébir a assisté de près à ce drame. Faisant de la plongée, il a participé à la récupération des cadavres des malheureux marins."

  

Texte relevé dans le livre de Robert Tinthoin « Mers El-Kébir – Le Grand Port » et concernant des remerciements à des personnalités locales :

« On remarque en outre, l'attitude courageuse du lieutenant-dentiste Bernasconi, du lieutenant  Hadida, du Docteur Molinié, médecin communal, de Mme Cuisin du dispensaire municipal, du Receveur des P.T.T. Cheminaud et de ses collaboratrices, Mmes Bourette, Bazia et Beauchamp, des journalistes Bourrière et Subervilie, des pêcheurs Amitrano Antoine et Jean Schiano di Schiabica, du personnel des Ponts et Chaussées, du Secrétaire de Mairie Peretti, des conseillers municipaux Pilippi, Janvier Ferrara, Yvanès Isidore, Mira Vincent, des scouts d'Oran ».

 

"Tu mentionnes le mémorial, alors je vais te signaler que, je crois que c'est à Guénolé, dans l'église, il se trouve une plaque commémorative intitulée Mers El-Kébir  -  Dakar. Elle est en forme de voûte; en son centre une femme vêtue de noire, et autour les noms des défunts. C'est une amie qui était dans notre chorale qui m'avait montré une photo qu'elle avait faite pendant ses vacances. J'ai eu d'autres nouvelles de mon collègue anglais, qui n'est autre que le petit neveu de l'amiral Sommerville. Comme beaucoup d'officiers de la royal navy, il n'était pas d'accord avec ce qui s'est passé, et le 10 juillet, il a donné sa démission avec cette mention officielle "à titre de protestation et d'indignation" contre les ordres donnés. Il en a souffert jusqu'à sa mort. "

  

"Je viens de recevoir un mail du service historique de la Marine Nationale concernant le décompte des pertes humaines. Mon contact me confirme qu'il n'y a aucun civil dénombré. J'ai le détail par unité navale. Seuls les registres de sépultures de la paroisse ou de la mairie pourraient être vraiment fiables."

 

 

"Entre-temps, j'ai retrouvé, toujours dans le livre de JJ. Antier, un passage sur les civils :

"Dans les journées des 3 et 6 juillet, la panique a été générale autour de la rade, bien qu'il n'y ait eu qu'un seul blessé civil, une femme atteinte par un éclat de DCA. Des habitants ont fui dans la montagne. Des familles entières se sont réfugiées dans les villages lointains d'où elles ne reviendront qu'après plusieurs jours et parfois plusieurs semaines."

A noter aussi que les anglais ont exécuté la deuxième attaque du 6 juillet, destinée à achever le "Dunkerque", au moyen d'avions torpilleurs plutôt que par un deuxième canonnage, dans le souci d'épargner la population civile. Le cuirassé était en effet échoué à moins de 200 mètres du village de Saint-André"

 

Vous trouverez ci-dessous un texte de Georges Planté-Longchamp sur son vécu sur le drame et ses commentaires :

"Mers el Kébir

I Introduction

Ce nom qui restera dans l’histoire en raison des évènements que je veux raconter n’apparaît plus dans la mémoire de nos contemporains Chaque fois que j’ai prononcé devant certains de mes jeunes amis le nom de Mers el Kébir j’ai pu constater l’ignorance totale de ce port de guerre l’un des plus important du monde.

Si je me suis intéressé à une certaine partie de son histoire c’est bien sûr parce que j’y ai séjourné mais surtout parce que j’ai vécu personnellement et aux premières loges les évènements de 1940 et ceux de 1942. Car si l’on cite Pearl Harbourg tout le monde imagine le drame d’une flotte massacrée au mouillage mais pour celui de la flotte française de 1940 tout est passé aux oubliettes.

Il me faut avant tout replacer cette époque ( j’avais douze ans en 1939) dans un contexte de société qui est commun à toute ma génération et tellement différent de la situation d’aujourd’hui que nos cadets ont de la difficulté à l’imaginer.

Ceux de mon age sont nés peu après la guerre de 14/18 et ont  été élevés par des pères qui avaient une participation très active à cette armée française qui avait remporté de haute lutte et au prix de deuils familiaux considérables une grande victoire.

Cette armée auréolée de gloire continuait à être une valeur sociale exceptionnelle et nous avons été instruits de ses principes : Honneur Patrie.

Les revues de troupes et les manifestations spectaculaires étaient suivies avec ferveur et les sonneries militaires réveillaient souvent ceux d’entre nous dont le père les avait encore en tête dix ans plus tard.

Dans cet état d’esprit nous sommes arrivés ainsi à 1a guerre de 1939 et la défaite a été ressentie comme une blessure personnelle par chacun de nous. J’ai encore le souvenir du discours du maréchal Pétain nommé président du conseil à une écrasante majorité de la chambre avec les pleins pouvoirs pour réformer l’état.

Sa voix critiquée par la suite était d’une gravité terrible et nous l’avons écouté en famille, pendus au poste radio, avec une émotion qui a tiré les larmes de la plupart d’entre nous.

Il avait demandé et obtenu l’armistice avec l’arrêt de l’occupation de la France. Ses arguments étaient  bien estimés par le vainqueur, l’empire colonial et surtout  notre marine. C’est là un point important de l’histoire que je veux rappeler.

 

La Flotte Française de 1939

Sous l’autorité de François Pietri ministre de la marine clairvoyant avant l’arrivée du front populaire et avec la collaboration technique d’un marin à la réputation justifiée l’amiral Darlan nous avions cette arme sans équivalent dans les autres armées, la Flotte française. Nos cuirassés les plus modernes avaient une supériorité connue et dans la classe des nombreux contre torpilleurs les nôtres étaient les plus rapides et les mieux armés.

Cette flotte était venue en rade de Mers el Kébir ou elle avait été partiellement désarmée en vertu des conventions d’armistice.

II Histoire du port et sa localisation
Alors qu’était ce port ?

C’était Portus Divinus des romains avant le VI° siècle et la conquête vandale de Genséric. Il y eut alors l’envahissement arabe du VII° siècle et est devenu le grand port arabe de l’almohade Abd el Mounen au XIIeme siècle qui en avait fait son arsenal.

Les sultans de Tlemcen y firent construire une petite ville qui devint le port commercial d’Oran.

Il subit par la suite de nombreuses invasions maures et turques puis portugaises qui assainirent ce lieu devenu au fil des siècles un nid de forban.

Au XV° siècle les Espagnols en firent la base militaire entourée de forts autour du præsidium que devint Oran  avant de redevenir Turque au XVI° siècle sous Soliman le magnifique et son amiral Barberousse.

Finalement il devint Français en 1830.

Ce port le resta jusque en 1976 puisqu’en 1962 lors des accords d’Evian qui mirent fin à la présence française en Algérie il était devenu une base militaire de très grande importance qui devait restée à la France pour  vingt ans… mais sa conception ne correspondait plus aux donnes de la guerre maritime et il fut abandonné.

C’est en 1939 que mes parents ont eu l’occasion de voir là une petite propriété située au milieu de l’amphithéâtre constitué par les montagnes portant à l’ouest le fort Santon et à l’est le djebell Murdjadjo portant le fort de Santa Cruz . Au centre un petit relief portait aussi un ouvrage fortifié. C’est dire que la vue de la baie comportait ainsi un certain nombre de canons dont j’allais un jour voir ce qu’ils étaient capables de faire !

Au pied ouest de la montagne se trouvait la Djennina ( le jardin), propriété de mon grand oncle. La terre glaise était abondante il avait donc créé une briqueterie mais il a cru aussi possible de lotir le bord de l’eau entre Roseville et Mers El Kébir cela devait devenir la cité Longchamp mais dès 1933 un glissement de terrain très important a porté sur tout le plateau des Ozaras qui dominait cette future cité. Le projet est resté en gestation jusqu’à ce que en 1939 tout ces terrains aient été expropriés pour la construction du port de guerre.

C’est dire combien cet amphithéâtre naturel était intégré dans ce projet et cela explique les événements que j’y ai vécu et que je vais relater.

Une ferme était là avec un petit vignoble et une petite source dont je n’ai appris que récemment le nom : Ain Khadidja.  La vue était extraordinaire sur la rade et sur toute la baie d’Oran car à l’horizon se profilait la pointe de l’aiguille, cap très avancé qui séparait cette baie de celle d’Arzew. La vue a décidé mes parents. Ils ont acheté cette terre qui devait être le théâtre d’évènements historiques.

Pour entrer dans les détails de cette propriété je dois dire qu’elle avait à l’ouest et à l’est deux voisins. Les terres ont toujours été en friche ou en céréales que je n’ai jamais vu récolter. Décidément cette région n’était pas faite pour enrichir les propriétaires. Pourtant  au hasard d’une conversation récente j’ai appris l’origine de cette propriété. Un de mes amis le commissaire Brunetti me disait que son grand père était arrivé en Algérie pour prendre possession d’un concession à Mers el Kébir. Devant mon étonnement, il  m’a montré les origines de cette attribution. C’est justement celle là et elle portait le nom de Aïn Khadîdja.

Elle était sur le tracé de la route des andalouses ( sait-on que le nom de cette plage est du au fait qu’elle a été le lieu de débarquement des maures chassés d’Andalousie par les rois catholiques ?) qui passait par le col. Ce n’était qu’un chemin de terre et que personne n’utilisait sauf quelques chevaux ou ânes pour descendre de la montagne vers les villages de Bou Sfer et la plage.

A ce col il y avait, depuis probablement la conquête, une source captée que tout le monde appelait la fontaine du génie. C’était une source d’eau douce ou chacun venait s’approvisionner et tout particulièrement notre famille. L’eau d’Oran on s’en souvient était alors saumâtre

Plus bas dans le bas de cet amphithéâtre se trouvaient les terres qui entouraient le village.

C’est dans l’un de ces terrains que devait être construit en juillet 1940 le cimetière des marins dont les corps ont été extraits du Bretagne coulé sur place.

Cette route des Andalouses partait de Roseville passait au-dessus de la maison et était rejointe par celle qui montait de Mers el Kebir. En fait, ellen’était qu’un vestige très ancien. La seule utilisée était celle du village qu’empruntaient, à cette époque, les camions de la société Schneider exploitante des carrières à l’ouest de la maison. Ils descendaient la pierre vers les quais en construction. Ce charroi a cessé par la suite car les déchets produits par les énormes cavités creusées dans la montagne pour la base de sous-marins ont probablement suffit à fournir le matériau nécessaire.

Les explosions dans ces carrières entraînaient des ébranlement importants de la régions et nous étions prévenus à l’avance. Un jour ou nous avons négligé l’annonce, j’ai senti les mouvements et craquements de la maison et cela a été très impressionnant !

II y avait là une cave à vin de quelques hectos en 3 cuves . Elle était alors surmontée d’une petite habitation. J’ai le souvenir d’une habitation confortable.

J’ai vécu là des années merveilleuses et parfois tragiques,

La guerre de 1939 éclate. Mon père est  parti sur la ligne Mareth aux fins fonds de la Tunisie

1940 il a été  démobilisé, nous est revenu dans la famille et la vie civile.

 

III Les 3 et 6 juillet 40

Dans cette période nous avons vécu, les 3 et 6 juillet 1940, l'attaque de la flotte française par les Anglais et la mort de 1297 marins qui ont été enterré dans un cimetière provisoire mais persistant encore aujourd’hui au bas de la propriété.

Que s’est-il passé ?

On pourra toujours épilogué sur la motivation de Churchill que l’histoire reconnaît comme le décideur de cette attaque.

En prévision de l’entrée en guerre de l’Italie l’escadre française avait été mise  pour des interventions en méditerranée sous le commandement anglais. A la suite de la débâcle elle s’est repliée dans les possessions africaines. C’est la raison pour laquelle l’amiral de la Flotte Darlan avait été appelé par le maréchal Pétain en vue de la discussion des conditions d’armistice car lui disait-il  « vous êtes  le seul dont les affaires ont marché ». L’existence de cette flotte garante de l’intégrité des territoires d’outre mer, a pesé assez lourd dans les conditions de l’armistice pour limiter les exigences des allemands.

Elle devait cependant être désarmée et maintenue au mouillage.

Le message de Darlan est sans équivoque :

« La situation militaire et civile a conduit le gouvernement à faire ouverture d’une paix honorable à nos ennemi. Quelque soit l’évolution de la situation, la marine peut être certaine qu’en aucun cas la flotte ne sera livrée intacte à l’ennemi. Tous ordres à ce sujet seront authentifiés par signature Xavier 377 sans laquelle ils seront nuls. 

Toujours est-il que nos bateaux étaient à l’amarre et les chaudières éteintes quand la flotte anglaise sous la bannière de l’amiral Sommerville sur le cuirassé Hood, avec les cuirassés Résolution Vaillant,3 croiseurs, le porte avions Ark Royal s’est présentée devant la rade et a transmis un ultimatum à l’amiral français Gensoul de se rendre à lui en vue de rejoindre Gibraltar. Les tractations ont duré toute la journée et devant le refus d’obtempérer les anglais ont ouvert le feu depuis le large après avoir réglé leur tir tandis que nos marins faisaient l’impossible pour remettre en marche les chaudières.

Dans la position ou se trouvaient nos bateaux leurs tirs étaient quasi impossibles puisqu’ils étaient barrés par le djebel Santon. L’intrication de tous ces cuirassés était telle qu’ils constituaient une cible idéale et comme je le dirai certains ont été atteints alors qu’ils avaient encore leurs amarres à quai.

Le 3 juillet mes parents qui ont pris connaissance de l’ultimatum lorsque je suis rentré du lycée qui avait fermé ses portes, nous avaient mis à l’abri dans une propriété familiale hors d’Oran.

Nous en sommes rentrés le lendemain et j’ai alors eu sous les yeux l’odieux spectacle du cuirassé Dunkerque échoué contre l’usine électrique et du contre torpilleur Mogador qui avait sauté sur une mine dans la passe et s’était volontairement jeté à la cote devant la cité Longchamp.

Dans la Djennina était retombé le contenu du sac du vaguemestre du cuirassé Bretagne qui avait sauté dès le début de l’attaque anglaise. Il n’avait pas encore largué ses amarres lorsque sa soute a reçu un obus de 380 du cuirassé anglais le Wood. Nous avons ramassé ces lettres adressées à leurs familles  par les marins pendant les heures qui précédaient la fin de l’ultimatum anglais. Je n’ai pas le souvenir de leur contenu car les adultes se sont chargés de les recueillir pour les remettre aux autorités.

Mais, le Dunkerque n’avait qu’une avarie de barre en raison de l’obus qui l’avait touché lors de son appareillage, et il s’était échoué contre l’usine électrique. Pendant ce temps le Strasbourg et la flotte de contre torpilleurs étaient sortis du port et les anglais ont refusé le combat. Il faut en effet savoir que la portée des canons de cette classe de cuirassé était plus grande que celle des bateaux anglais c’est à dire qu’ils pouvaient  atteindre l’ennemi en étant hors de portée de la riposte. L’attaque s’arrêta donc à ce stade.

Le Bretagne avait sauté encore amarré. Le cuirassé  Provence et le contre torpilleur Mogador avaient été gravement touchés et s’étaient échoués.  Le Strasbourg, le Commandant TESTE et la flotte des contre torpilleurs sauf le Mogador étaient intacts.

L’échec de cette tentative de destruction de toute notre marine résultait surtout de la sortie du Strasbourg et du Dunkerque peu atteint. Or Sommerville était persuadé avoir détruit ce dernier. Mais l’interception de message lui apprit que ce cuirassé n’était que blessé.

Lorsqu’il comprit que les deux bâtiments les plus redoutables avaient échappé au massacre Sommerville se dit qu’il avait faille à sa mission.

C’est la raison pour laquelle une seconde tentative a eu lieu le 6 juillet  par avions torpilleurs. Ce choix avait tout de même été fait plutôt que le simple bombardement afin d’éviter l’atteinte des civils du village. L’utilisation de ces torpilles était pourtant assez risqué car la profondeur qu’il leur faut pour être efficaces dépassait celle des eaux ou était échoué le bateau.

 Ceux ci sont arrivés en passant au dessus de notre maison et en rase motte sont parvenus sur le village. Notre fermier disait qu’il aurait pu les tirer au fusil lorsqu’ils sont passés sur sa tête.

Sur une série de torpilles, une seule a porté mais malheureusement elle a atteint le remorqueur et le chaland qui étaient contre le bateau pour le décharger de ses munitions en vue de sa réparation. Le projectile les a touché et provoqué l’énorme explosion qui a fait encore une cinquantaine de morts et, sur le cuirassé,  une brèche aussi grande qu’un immeuble de 4 ou 5 étages.

Dès les jours suivants nous avons assisté au transfert des corps vers le bas de la propriété ou ce cimetière a été improvisé immédiatement. C’est depuis un important champ de croix blanches ou paraît-il quelques civils ont eu l’honneur d’être enterrés aussi.

2000 français sont morts ce jour là sous les obus anglais ! (1300)

C’est assez dire que nous ne portions pas les Anglais dans notre cœur et que l’appel de de GAULLE, 10 jours après, ne nous a pas enthousiasmé. D’autant qu’il s’opposait au maréchal PETAIN reconnu comme chef légitime de ce qui était encore le gouvernement de la république. Travail, Famille, Patrie étaient à cette époque à la base de notre société.

Lors de la première attaque, comme l’ultimatum anglais datait du matin, la population de Kébir est venue se réfugier sur les hauteurs et c’est tout naturellement que la cave à  sous jacente à la maison a été mise à sa disposition comme logement collectif. Ce n’était que la première fois car si l’attaque des avions trois jours plus tard n’était pas prévisible, le débarquement américain deux ans après allait ramener le village chez nous.

Dans les deux années qui suivirent nous passions dans cette villa les week-end et les vacances. L’automobile avait disparu faute d’essence et le cheval était roi. Le lundi matin je rejoignais donc le lycée avec une petite voiture à cheval : une trotteuse, par le chemin vicinal 44 évitant Kébir au flanc de la montagne et qui est la route des andalouses. Elle longeait une carrière de terre glaise de la briqueterie de mon grand-oncle.

J’ai vu alors une autre scène de guerre inimaginable pour les jeunes générations

 

IV Les fusillés

J’ai assisté à l'exécution, sous mes yeux d'adolescent, de 3 marins qui voulaient amener leur bâtiment à Gibraltar et n'avaient pas réussi. Lors de leur procès leur avocat faisant valoir leur jeune âge auprès de la cour martiale s’était entendu dire qu’il n’avait pas d’effort à faire car dans les traditions de la marine ils auraient dus être pendu haut et court au mat du bateau des la fin de la mutinerie.

C’était alors des Rebelles.

Aujourd’hui ce sont des héros !

Pour arriver au lycée à l’heure de la rentrée, je conduisais la trotteuse à grande vitesse en descendant légèrement. Il était environ 6 heures du matin. Au détour d’une petite courbe, le gendarme devant bloquer le passage a été surpris car en principe il ne passait jamais personne par ce chemin. Lorsqu’il a pu nous stopper nous avions sous les yeux le champ de tir et les hommes abattus au pied de leur poteau. J’ai vu alors donner les coups de grâce et rendre les honneurs dans un silence mortel par les sections qui avaient tiré. Le gendarme était désespéré de m’avoir laissé ce spectacle mais mon père n’a rien fait pour me le cacher. Je ne vois d’ailleurs pas ce qu’il aurait pu faire à moins de me mettre quelque chose sur la tête. J’ai probablement eu une drôle de tête en arrivant au lycée pour le raconter à mes copains !

Cette période n’est pourtant pas pour moi un mauvais souvenir. C’est l’époque ou si la population était privée de beaucoup de choses essentielles, cela était très atténué pour nous car nous avions comme dans toutes les fermes, les produits de la terre, les vaches les cochons etc. Cela m’a permis de connaître personnellement la vie de la campagne.

Mais je n’ai jamais vu un allemand.

 

V Le débarquement
C’est le 8 novembre 1942 que s’est produit le deuxième épisode guerrier de ma vie. J’avais quinze ans.

Nous ignorions tout de la guerre sinon par les nouvelles de la radio et personnellement je ne situais pas du tout le front autrement que sur la carte de la Russie. Je faisais alors mes études secondaires et apprenait théoriquement l’allemand. Les tracts nous sont tombes sur la tête annonçant je ne sais quelle libération.

Les américains avaient débarqué sur la plage des andalouses dont nous séparait un plateau aride

Accompagnant mon père je suis monté au haut de la propriété ou, disait-on, quelques choses se passaient. Nous sommes arrivés au sommet et à peine découverts avons vu des hommes casqués qui progressaient dans le maquis plus ou moins en se cachant. Ils auraient pu nous tirer comme du gibier.

 A ce moment un petit avion passa au dessus d’eux et lâcha ce qui me semble aujourd’hui avoir été de simples grenades. Cela a suffit à mon père pour comprendre que nous étions dans un no mens land et que nous n’avions pas intérêt à y rester. Il m’entraîna vers la descente et lorsque nous sommes arrivés à la villa. La population du village une fois encore était montée se réfugier chez nous ce qui créait un attroupement conséquent.

Une petite voiture rigolote était là avec deux hommes armés jusqu’aux dents assez agressifs qui nous regardaient en chien de faïence. Ils ne parlaient pas le français et à nos tentatives de question répondaient quelque chose que j’interprétais comme « undserstand » : notre position  alors que ma sœur, en bonne anglophone traduisait : « i dont understand » : je n’ai pas compris. C’était des américains ! Toute la journée les événements se sont éclaircis mais la raison de la présence de ces deux hommes ne nous est parvenue que plus tard.

En fin de soirée un représentant des autorités françaises est venu convaincre ces deux américains de les accompagner et ils n’ont accepté qu’à la condition de garder leurs armes. La jeep puisque c’était la première que je voyais a été rangée dans la cave avec la garantie de mon père que personne ne la toucherait et bien en a pris aux réfugiés qui dormaient à coté car elle était bourrée d’explosifs ! Ces hommes chargés de faire sauter une fortification sur les hauteurs du Murdjadjo, s’étaient trompés de chemins et avaient échoués en plein dans nos lignes considérées alors comme ennemies !

Pour la compréhension de leur erreur il faut dire que le haut de la propriété atteignait le plateau sur lequel nous étions monté le matin. Sur ce plateau ou rampait la première armée américaine en direction d’Oran depuis la plage des andalouses ou elle avait débarqué, se trouvait une route et donc un croisement qui dirigeait soit vers Mers el Kebir soit vers le plateau dit de bel Horizon. A partir de ce petit hameau de trois ou quatre maison secondaire sans grande valeur, le plateau du Murdjajo continuait sur le fort de Santa Cruz et les anciens forts espagnols du vieil Oran. Le croisement, ils ne l’avaient pas remarqué. Les cartes ne devaient pas être très précises pour ce genre de chemin baptisés route ! Au lieu de monter, ils sont descendus jusqu’à nous.

Dans la journée et la nuit qui ont suivi, nous avons vu tirer les canons de tous les forts. Les feux d’artifice étaient magnifiques. Mais avec les américains étaient venus aussi des forces anglaises. C’étaient les commandos de lord Montbatten qui avient la prétention de se saisir du port d’Oran.

Avec une inconscience totale ces deux avisos sont entrés dans les bassins du port ou ils ont été canonnés à bout portant. Ils ont sauté   sous nos yeux, un aviso américain a sauté dans le port d’Oran et!

Cette attaque stupide de ces deux bateaux s’est terminée par la mort de nombreux marins mais aussi de leur chef dont l’histoire dit qu’il a eu de la chance de mourir là car ils serait passé en conseil de guerre s’il avait survécu.

Lorsque les soldat sortis de l’eau ont été recueillis par les nôtres leur question était : ou sont les allemands !

Effectivement nous avons reçu à coup de fusils et de canons ces américains pendant trois jours et il y eut beaucoup de morts, pour rien, des deux cotés. Dans la nuit suivante, une fois encore, nous sommes partis sur une voiture à chevaux par la même route descendant par Roseville vers Oran. Lorsque nous sommes revenus dans cette maison par la suite il y avait un certain nombre de balles un peu partout dont deux dans la tête de lit de mes parents !

 

VI L’avenir du port et l’indépendance
L’histoire de cette maison aurait du s’arrêter là mais mon père l’ayant vendue par la suite elle est devenu une maison de retraite pour les légionnaires. En 1962 cette région a été l’objet d’action terroriste et, tandis que le gardien était égorgé la gardienne du stade de Mers el Kébir situé au bas de la propriété a été sauvagement assassinée avec ses deux enfants.

Et qu’est devenue la base de Mers el Kébir ?

 Les travaux n’ont pas cessé pendant les 20 ans qui ont suivi. La possibilité de guerre atomique a poussé nos ingénieurs à prévoir des travaux pharaoniques. Le djebel Santon a été creusé comme un fromage de gruyère avec des cavités qui devaient réceptionner une véritable ville souterraine . Celle ci devait être autonome pendant des mois avec le stockages des vivres et carburants.

Un port militaire magnifique est donc né et devait être conservé par la France au terme des accords d’Evian.

Une importante base aérienne avec des pistes destinées aux plus gros avions a été intégralement construite dans la plaine de Bou Sfer et tout cela a été remis en 1976 à l’Algérie indépendante.

Et pourtant, déjà en 1963 le plan d’au était utilisé pour les régates et l’amiral Lorrain commandant de la base nous avait fait mouiller un parcours de slalom pour ski nautique !!!

Conclusion
Lorsque je pense aux évènements que j’ai tenté de vous décrire je ne peux que m’étonner de la stupidité de l’histoire. Les américains sont arrivés dans le pays sans connaissance de la situation locale. Les français d’Algérie n’étaient pas psychologiquement prêts à oublier les dégâts de la flotte française par les anglais. Ils n’avaient jamais vu un allemand.
Je suis allé un jour retrouver un prêtre de Nice, originaire de Mers el Kébir, qui avait vécu ces mêmes moments et s’était réfugié enfant dans cette ferme, il me dit : Il faut bien reconnaître que les seules bombes et obus que nous avons reçu sur la tête étaient anglais ou américains 

La stupidité ne s’est pas arrêtée là.

L’amiral Darlan a été assassiné par Bonnie de la Chapelle sous la direction d’un mouvement royaliste persuadé qu’il était un obstacle au rétablissement de la monarchie en France. Le même Bonnie de la Chapelle a été immédiatement fusillé à Hussein Dey dans la banlieue d’Alger.

L’amiral a été enterré avec ses hommes dans le cimetière de Mers el Kébir au pied du mat du cuirassé Bretagne.

De Gaulle n’a pas été reçu comme le libérateur Il a eu des difficultés a s’imposer et devait le faire payer plus tard aux « pieds noirs ».

Quant à la Flotte française qui avait payé un si lourd tribu à la sauvegarde de son honneur et qui finalement après les réparations des bateaux blessés n’avait perdu que deux unités elle avait rejoint Toulon et a gardé sa ligne de conduite en se sabordant intégralement lorsque les allemands ont envahi la zone libre.

Ainsi elle a illustré cette belle réflexion de John Kennedy à propos de la crise de Cuba :

« La politesse n’est pas la faiblesse et la sincérité n’a de valeur que par la preuve »

Fin du texte "

 

L'épave (du Bretagne) est restée longtemps à l'endroit du naufrage (jusqu'en 1952) mais elle ne dépassait pas (le navire ayant chaviré, ses superstuctures étaient sous l'eau). C'est une entreprise privée qui a dû avoir le marché du démantèlement de l'épave et de la récupération de la ferraille. Les travaux ont certainement duré plusieurs mois et se sont réalisés avec l'intervention de scaphandriers. Ceux-ci ont été confrontés aux découvertes macabres (nombreux squelettes, certains enlacés, témoins des instants horribles qu'ont pu vivre les marins qui se sont retrouvés prisonniers de l'épave retournée). Un scaphandrier serait mort.

 

Marcel Lungobardo, l'oncle de Marie Paule, pêcheur et qui a vécu ces évènements.
L'épave de la "Bretagne" ne dépassait pas à la surface mais elle était visible de la surface, sous quelques mètres d'eau. L'entreprise qui a été chargée du démantellement a mis en oeuvre un ponton grue qui a relevé le navire par gros tronçons, après les travaux de découpe par les scaphandriers. Ceux-ci venaient de la Côte d'Azur, notamment de St Raphaël.
Les tronçons ainsi remontés étaient ensuite amenés à quai où une autre grue les déchargeait. Des équipes à terre continuer le découpage. La ferraille était ensuite évacuée (pour tout ou partie vers l'Italie par bateau).
 
Autres témoignages sur les évènements de juillet 1940:
- le père de Marie-Paule, Sauveur, et son frère aîné, Michel, faisaient des sondages dans la passe quant les avions anglais ont largué des mines, certaines tombant à proximité immédiate. Marcel, le plus jeune frère et auteur du témoignage ci-dessus assista à la scène depuis le village. Ces mines étaient destinées à empêcher les navires français de sortir du port mais ceux qui sont sortis se sont glissés entre les filets de protection et la terre, les filets n'étant pas fermés côté terre.
Plusieurs années plus tards, lors des travaux d'extension de la base, la société Schneider intervînt pour déverser des rochers pour remonter le fond. Elle utilisait des clapets (chalands à clapet). Lors d'un déversement, un rocher heurta une mine au fond et la fit exploser; le chaland fut soulevé mais finalement sans gros degâts car, étant ouvert, l'explosion put le traverser. Il y eut des blessés dans l'équipage. Plusieurs mines sautèrent apès la guerre.
C'est peut être la même société, Schneider, qui fut chargée du découpage de la "Bretagne", mais ce n'est pas sûr.

 

dans le livre de Martial le Hir, "Mers-el-Kébir et Catapult, les Marins de l'oubli", il y a un témoignage de Jean Louis le Strat :" Il savait aussi (son père) que tous les marins emprisonnés dans la coque d'acier ne sont pas morts immédiatement. Certains vivant dans des poches d'air ont dû frapper sur le blindage pendant quelques jours.
Ma mère me raconta que l'un des premiers scaphandriers qui a pu entrer dans le navire, quelques semaines après le drame, est devenu fou devant le spectacle qu'il a rencontré dans le flanc du navire. Les autres scaphandriers, pourtant techniciens de l'abîme, dépêchés au fond aux fins de l'enquête, lors de leur retour à l'air libre dûrent être assistés par des médecins. La vision affreuse des matelots, visages collés contre les hublots, yeux grands ouverts sur la mort les bouleversa....
Notes de l'auteur: Pendant des années, ont a pu appercevoir (sous l'eau) dans la rade de Mers el Kébir l'épave du cuirassé  la "Bretagne". En 1954 (dans un guide sur les cuirassés, il est mentionné 1952), 14 ans après cette sinistre journée du 3 juillet, une entreprise fut chargée de découper la coque de ce bâtiment. Les plongeurs eurent des visions cauchemardesques. A travers les hublots, ils virent les visages des marins calmes, sereins, reposés, bien conservés. Mais dès l'instant où ces corps furent mis  en contact de l'air, ils se transformèrent en poussière, spectres hallucinants!".

 

C’était l’après midi. Il faisait très beau et très chaud. Nous sommes montés au Santon

Nous ne savions pas ce qui se tramait dessous. A 20 ans on n’a pas la tête pleine de soucis toute la journée.

Puis nous avons entendu le 1er tir de canon et vu l’impacte. Puis un autre et un autre. Les sirènes sonnaient de partout.

Il y avait du bruit et l’odeur forte de la poudre. Dans le port, tous ce qui pouvait naviguer, tentait de se déplacer.

Nous sommes redescendus en courant jusqu’en ville. On entendait les obus qui sifflaient avant d’exploser. C’était l’enfer.

Du bord du « baranco » on a compris qu’une horreur se déroulait. On entendait le crépitement des incendies, et surtout, les hurlements des hommes blessés.

Un moment plus tard, des ambulances et des voitures de la marine arrivèrent au village.

Ils étaient remplis de cadavres. Il fallait les poser quelque part. La décision fut prise : le cinéma.

Pendant toute la nuit, nous avons, comme on nous l’avait demandé, reconstitués des corps humains.

On nous avait dit : 2 bras, 2 jambes, 1 tronc, 1 tête. Et si possible une plaque d’identité.

Cela a duré toute la nuit. Au matin nous étions couverts de sang et de larmes. Nous étions hébétés, incapables de savoir même ce qui s’était passé.

Une page de ma vie s’est tournée ce jour là ; ce jour ou j’ai perdu l’insouciance de ma jeunesse.

Rosalie Antoinette Costagliola (épouse de Belem puis Galtero) née en 1920.

 

 Les photos de Juillet 1940

 

*

Photo 1

Photo 1 commentaires au verso

 

*

Photo 2

Photo 2 commentaires au verso

*

Photo 3

Photo 3 commentaires au verso

*

Photo 4

Photo 4 commentaires au verso

*

Photo 5

Photo 5 commentaires au verso

*

Photo 6

Photo 6 commentaires au verso

*

Photo 7

Photo 7 commentaire au verso

*

Photo 8

Photo 8 commentaires au verso

 

*

 

 

 

*

Vidéo des actualités d'époque