Métiers

Plan du Site Nouveautés Mots-Clefs

Beaucoup de personnes (ou familles) étaient connues à Mers el-Kébir à travers le métier (ou la charge) quelles exerçaient

                    Comme toutes les rubriques de ce site, à votre disposition pour en ajouter ou en enlever.

Rubriques :

bullet

Les Maires

bullet

Les Secrétaires Généraux de Mairie

bullet

Les adjoints

bullet

Les Conseillers Municipaux

bullet

Les instituteurs

bullet

Les Médecins, Sages Femmes et autres professions médicales

bullet

Les Pêcheurs

bullet

Gendarmes, Policiers et Gardes Champêtres

bullet

Les Cochers et Caléchiers

bullet

Les Facteurs

bullet

Les Menuisiers

bullet

Les Charpentiers (dont les charpentiers de marine)

bullet

Les Matelassiers

bullet

Autres métiers

Autres pages :

bullet

Les Commerces

bullet

Les Briqueteries

bullet

Les sardineries

bullet

Autres sociétés

Voir aussi nos religieux

bullet

Les Prêtres et les Curés

bullet

Les Religieuses

 

***********************************************************

 

Les maires

Voici la liste des maires de Mers-el-Kébir tirée du livre de Janvier Ferrara.

De à Nom
1840   Avio Jean-Baptiste  (Capitaine de santé)
1864 1867 Combet
1867 1871 Simonin Claude marie
1871 1889 Pieguet Honoré
1889 1898 Lavigne
1898 1902 Trastour Joseph Marie
1902 1905 Tomasin
1905 1919 Pascuito Joseph
1919 1931 Fieschi
1931 1942 Boluix-Basset Louis adolphe Eugène
1942 1947 Rattachement à Oran -Administration par Julien Calatayud
1947 1962 Ferrara Janvier

L'équipe municipale des années 60

1 - Suzanne Proto 2 - Paulette Ruocco 3 - François Proto 4 - Jojo Martinez 5 - Grégoire Pugliese
6 - Yves Hervouët 7 - André Félix Leplay 8 - Julien Barthélémy 9 - Cheminot 10 - Janvier Ferrara

Les secrétaires généraux de mairie

Toujours selon le livre de Janvier Ferrara

Date de prise de fonction Nom et Prénoms
14/07/1867 Fornier Joseph Félix
01/01/1872 Pujo Jean Jules
01/11/1881 Deries Jean
23/05/1887 Voinier Auguste
30/10/1889 Grass Hubert
01/01/1904 Sicard Emile Alfred
18/09/1907 Roux François Achille
01/11/1907 Chasseriaud Fernand
01/12/1919 Peretti Jean
01/01/1920 Huc Eugène Joseph
27/05/1931 Beziat Louis
01/08/1934 Peretti Jean et Scotto Lomassesse Angèle
01/01/1941 Leplay André Félix
01/01/1954 Proto François Sauveur

Les adjoints

Période Nom et Prénoms
1894 1897 Burle Pierre
1894 1895 Gargiulo
1897   Schiano
1926   Fieschi A
1926   Ferrara A
1926   Ivanes I
1933   Hentz J
1933   Mongrenier Pierre
1933   Ivanes L
     
     

Les conseillers municipaux

Pinard Joseph

Videt Petit Martin
Lavigne Paumond Burle André
Lidon Prost Combet Gaucherot
Pallous Conte Moulet Nicolaï
Michel Delpy Ruiz Margail
Molla Roget Jacquet Aldeguer
Guerrero Piro Romeo Scotto di Vettimo
Semioli Trastour Scotto Laïserta Ferrera
Piola Guinard Yssina  
       

 

 

Les instituteurs (et institutrices)

Voir pages :  Écoles     et      Photos de Kébiriens

 

Les médecins, dentistes, sages-femmes et autres professions de santé

Nom Nom d'épouse Prénoms   Lieu Période (approx)
Ales         1897
Benfredj     Dentiste Saint-Michel  
Dormand         1894
Fabre   Benjamin     (1911)
Ganancia     Dentiste Maison Assante  
Guizol Voisin Blanche Sage Femme Rue des Andalouses  
Jouffreau         1895
Molinié   Jean Médecin    
Molinié   Guy Médecin    
Peretti   Jean      
Raskine   A     1926 - 1933
Tricard   Jeanne Sage Femme    
Woluther     Infirmière    

Rebouteux / Guérisseur

Nom Nom d'épouse Prénom Surnom
Corcione Martinez Josefa Pavera
Ruiz Botella Joséphine Pépéta la Cabessa

 

 

Les pêcheurs

Les pêcheurs étaient très nombreux à Mers el-Kébir, nous ne citerons  ci-dessous que quelques familles.

Acciaro Ambrosino Amitrano Andreo Andreone Armano Assante Autuoro Balzamo Beltra Boutillero Caradante Cordone Costa Costagliola  Cucurullo De Gregorio Esposito Fernandez Ferrara Fiorentino Florentino Frenna Gagliardi Gaglione Gargiulo Garguilo Gilabert Idro Imbo Jovene Laga Lastreto Launaro Lesina Longobardo Lungobardo Lubrano Marmo Mas Mattera Melillo Migliore Miralles Nasone Negrotto Onetto Papalardo Peruffo Pilato Piro Proto Pugliese Riccio Romeo Ruiz Ruocco Santorelli Schiano Scotto Sellito Semioli Soccoïa Soccoya Soccoja Sorgente Spavone Tagliamonte Tornato Sinno Vicidomini

 

Les noms en gras présentent de nombreuses variables.

Le port de pêche de Kébir a été fermé fin 67 au moment où la base a été cédée à la marine Algérienne. Les quelques bateaux qui restaient ont été transférés à la pêcherie d'Oran.

 

Les pêcheurs de Mers-el-Kébir - Les usines de poisson (sardineries)

 

 

Gendarmes, policiers et gardes champêtres

Kébiriens ayant exercé la fonction (parfois ailleurs) ou bien personnes qui ont exercé la fonction au village

 

Gendarmes
 
 
Ascencio
Beunier Charles Frédéric
Boisson Jules Alphonse
Bombardier Jean Pierre
Boucon  (tué en mission)
Ciliberti (Commissaire)
Combes Pierre
Costa Lucien
Degea Roger
Ferrara Dominique
Font André
Gallegeon
Garcia
Gilabert Pascal
Gilabert Vincent
Guittard Jean Baptiste
Honnore Honnoré
Huntziger
Koenig
Lauzier
Lepori
Lagendorff
Lopez
Magnin Jean Philibert
Marsal
Mazzella
Mercier
Palma Christian
Palma Roger
Paras
Piedecausa Louis
Pietravalle Joseph
Peral
Quernec
Quilici (chef)
Riccio Sauveur
Saad
Seguin
Tritignon
Truvelot Jean
Valentin
Verdu
Vincent
 

 

 

Policiers
Alameda Joseph
Ambrosino Antoine
Arnau x
Autuoro Jean Louis
Candela Adolphe
Conesa René
Costa Joseph
Costagliola Sauveur
Coves Emmanuel
Defendini Pierre
Ferrara Robert
Gilabert Pascal
Garguilo Vincent
Guarinos François
Intartaglia x
Lagendorff
Lelorieu Emile
Lorenzo André
Marin x
Martinez Manuel
Perez
Pietravalle André
Proto Sauveur
Pugliese Guy
Pugliese Lucien
Riccio André
Riccio Pierre
Rodriguez François
Romeo Jean
Ruiz François
Scotto d'Apollonia Antoine
Scotto di Vettimo Sauveur
Selva Joseph
Soccoja Jean
Tremino Marc
Ufarte Gérard
Vidal Thomas
 
 

 

Gardes Champêtres
Brenier
Ourjoux
Chassat André
Laure Victor Léon
Paquis Guillaume
Pourriere Louis Félicien
Ufarte François
Vicente

 

Les cochers et caléchiers

Familles :

Anton Beltra
Bonmati Candel
Gau Guillem
Irles Ivanes
Javaloyes Lubrano
Mas Massuchetti
Molla Mujica
Navarro Pugliese
Quessada Serra

Le premier transport en commun hippomobile reliant Kébir à la place Kléber d'Oran fut instauré entre autres par un de mes ancêtres Beltra. Puis il y eut Quessada et bien d'autres

illustration de calèches

Les Facteurs

Conte Michel - Irles Jean Baptiste - Peruffo Joseph - Salbat Pierre Jean - Palma Clément - Ayad

 

Les Menuisiers

Calatayud (Julien)

Juan Diégo Berrueso

Francesco Costagliola né en 1850

Michel Lombardo né en 1840

Salvatore Longobardo né en 1886

Antoine Palumbo né en 1870

Michel Juan Palumbo né en 1876

Raphaël Rico né en 1864

Raphaël Rico né en 1893

Leonicio Amoros né en 1845

Mariano Buendia né vers 1812

José Lopez né en 1859

Domenico Lubrano di Sbaraglione né en 1856

Mariano Magnes né vers 1839

José Mas né vers 1840

François Medan né vers 1826

Pierre Mongrenier né en 1887

Luis Munoz né en 1845

Laurent Piola né en 1860

Jean Sedeflour né vers 1803

 

Les Charpentiers (dont les charpentiers de marine)  

 

 

 

Les Matelassiers 

(Réfection des matelas)

Martinez épouse Corcione Josefa (La Pavera)

Garcia Marie (Petite Marie)

Ferrandez épouse Botella Antoinette (Tonetta)

Pardo épouse Hurtado Antoinette

Pastor épouse Ferrandez Antoinette

 

Le   matelassier.

Avec le temps, nos matelas de laine perdaient de leur souplesse et de leur moelleux. Il fallait alors "le refaire" pour espérer continuer à passer de bonnes nuits, en toute quiétude. Pour cela, il convenait de contacter le matelassier. Nous, nous appelions Pépé, un très brave homme, ami de la famille. Il habitait un "patio" du Bd Bon Accueil, en partage avec la famille Belkheir et notre marchand de cycles, l'ancien coureur cycliste Aïssa, le père de Kader, notre copain de classe. Le moment où il venait à la maison, discuter et arrêter le prix de ce travail, s'avérait toujours être un grand moment de convivialité. L'anisette, évidemment, tradition oblige, participait de la négociation.

Sur les conseils de Pépé, nous commencions par sortir "le colchon" ou "le matalaf," du lit. Nous employions parfois l'un de ces termes dans notre jargon franco-arabo-andalous. La toile décousue allait au lavage, même la neuve, dont l'achat justifiait le déplacement à Oran. La laine devait être parfois complétée par quelques kilos supplémentaires à négocier avec d'autres fournisseurs. Aux lendemains de l'Aïd, elle abondait. Lavée à son tour, dans le lavoir familial, nous la séchions au soleil.

Lorsque enfin la dernière opération de préparation prenait fin, Pépé survenait avec sa "boite miraculeuse", sa femme et sa fille, Joséfa et Carmen, si je m'en souviens bien. Sur une grande bâche installée dans la cour commençait alors le cardage de la laine. La famille de Pépé la battait à l'aide d'un bâton et d'un fer rond. Petit à petit, voletant en flocons de neige, elle s'aérait et reprenait toute sa souplesse et son volume. La moitié de la toile étalée recevait alors la laine en dépôt, l'autre moitié la recouvrait.

Nous, les enfants, étions émerveillés devant tant de dextérité. Le plus surprenant, cependant, restait leur technique du bourrage de tant de laine, entre les deux tissus. En effet, la hauteur impressionnante, plus de cinquante centimètres, devait être réduite à vingt. Quelques épingles en pourtour de la toile, gonflée comme un "Bonhomme Michelin", avaient raison de ce volume. Alors commençait la lente et patiente besogne des couturières. Les petites mains des femmes reliaient par d'habiles points invisibles, avec du gros fil au bout de longues aiguilles courbes, les deux bords de la toile légèrement repliés vers l'intérieur. Depuis, j'utilise quelquefois cette technique sans en connaître le véritable nom la désignant. Je demande expressément, ici, à mesdames les couturières, de bien vouloir m'en pardonner l'ignorance !

Ce travail méticuleux bien avancé, le matelas prenait alors allure d'énorme coussin. Il fallait rentrer les "oreilles" et coudre les nouveaux plis droits aux quatre angles pour en faire un parfait rectangle. Un bourrelet de deux centimètres de diamètre cousu sur le pourtour, supérieur et inférieur, finissait de lui donner son allure et sa tenue définitive. Cependant, avant de terminer, un fil au bout d'une longue aiguille traversait le matelas de part en part à intervalles réguliers, suivant un quadrillage savant. Un petit bout de tissus froissé à chaque extrémité tenait lieu de frein. Le matelas ainsi rembourré allait pouvoir tenir son rôle de générateur de sérénissimes nuits et de doucereux rêves.

René ANIORTE à Valence,  le 13 novembre 2007

 Publié dans la "Lettre  d’  AÏN-EL-TURCK",  N°  15, de décembre 2008

 

 

Autres métiers

 

Alfa : Manuel Mas ( tapis et tours de bonbonnes) - Vicente Joseph

Architecte : Olivier H

Bouchers :  Gallardo - Kouider - Mateu Joseph - Mr Louis (face cinéma)  - Selva Manuel

Capitaine de port : Avio - Paumond

Charbons : Lisana

Consulat d'Espagne : Conessa J

Douanes : Paoli - Tournier - Larbaletrier - Pietravalle Eugène

Entrepreneur de travaux : Lopez - Gimenez Joseph

Garage mécanique : Conesa - Woluther

Garde des eaux : Montagné - Laborde - Anselme

Garde Maritime : Ségura - Minuto

Gardien de phare : Calaoudi - Fernandez Manuel - Ferrera Valentin - Fondacci Julien (Oran) - Ivanes Antoine - Massuchetti Pierre Antoine - Palma Antoine - Riello Dominique - Sempere Joseph - Gimenez (à Rachgoun)

Génie : Arnaud

Porteur d'eau  : Manuel Mas

Quincailler : Ardiot (famille) - Coves

Receveur des Postes : Achille - Vuilemin - Evrard - Huc Marhuerite (épouse Garde) - Chemineaud - Bachelier

Station Sanitaire : Autuoro

 

 

 

 

 

*